Archive

Calvino

Harpe3Isabelle Olivier harpiste et compositrice prépare avec l’Ecole Franco-Américaine de Chicago (EFAC) un spectacle «  Don’t worry, be haRpy » librement adapté du Baron perché d’Italo Calvino, l’opéra sur lequel elle travaille actuellement.

Histoire

Nous sommes en Ligurie, au 18e siècle. Côme, un petit aristocrate de 12 ans, refuse de manger le plat d’escargot que ses parents lui servent. Il se rebelle, s’échappe en grimpant dans un arbre et décide de ne plus jamais en descendre.

We are in Liguria, in the 18th century. Côme, a young aristocrat- only 12 years old, refuses to eat the snail dish that his parents serve him. He rebels, escaping by climbing a tree and decides never to come down.

« Côme Laverse du Rondeau
Il vécut dans les arbres
Aima toujours la terre
Monta au ciel »
Italo Calvino

Programme :

Intro Oiseau – chants 

Lunch – danse

Texte

Alone in a Tree – harpe solo

Tribal Dance – bruitage

Rock it – harpe solo

Côme – harpe solo

Forest Mood – texte, danses

Waltz – danse, instruments (piano, clarinette, violoncelle)

Abstraction – improvisation instruments

Blues – harpe solo

Côme back – chants

Final – chants, instruments

Chicago, mercredi 25 février 2015 à 18 heures (Auditorium d’Abraham Lincoln Elementary School)

Advertisements

ImageInstrument souvent noyé dans l’orchestre, touche romantique aux échos d’une époque révolue, rappel désuet de salons cossus, ou encore imagerie de conte de fée, la harpe classique est un instrument peu connu du public, et  bien souvent sous-estimé.

Les doigts glissent, s’agrippent ; le corps est arc-bouté sur l’objet impressionnant et lourd. Un rideau de cordes coupe l’espace en deux, sépare les sons, des plus aigus au plus sonores. La harpiste joue et les associations jaillissent. Elles sont nombreuses : eau, cailloux, feuilles, vent, tonnerre, brise, tempête –  on reconnaît bientôt tous les éléments. Quant aux couleurs, elles se dessinent avec les notes tantôt douces, mélancoliques ou bien fortes et colériques. Du bleu au rouge, du pastel au foncé on laisse le voyage commencer.

Chicago, fin de soirée, les derniers rayons du soleil diffusent un halo orangé, ville et hautes tours du centre servent de coulisse à l’instrument bien planté au milieu de la pièce.  Les notes s’égrainent, rapides et aériennes, sautent de l’une à l’autre, caracolent. Une vingtaine de personnes, d’amis ou de simples connaissances assistent à ce concert privé et écoutent en avant première quelques morceaux d’une œuvre ambitieuse, encore à l’ébauche, née de l’amour de la musique et de celle d’un livre, celui d’Italo Calvino Il barone rampante (Le baron perché).

1767, dans une petite ville de Ligurie, Cosimo Piovasco di Rondò, a 12 ans et est le fils ainé d’un aristocrate. Forcé lors du repas familial à avaler contre son gré un plat d’escargots il se rebelle contre la rigueur familiale, et se refugie dans les arbres du parc jurant de ne plus jamais en redescendre. Médusée la famille assiste jour après jour au siège que tient Cosimo, réalisant bien vite que la lubie infantile s’est transformée en résistance radicale et est devenue l’expression d’une liberté totale. Les semaines passent, les mois puis les années et reprenant le titre de son père après la mort de celui-ci, il devient le baron perché, voyage d’un arbre à l’autre, et vit sa vie d’homme, de penseur, dans les airs.

Roman d’aventures mais aussi conte philosophique (car le «  I would prefer not to » de Melville n’est pas loin),  Il barone rampante invite à penser, incite à rêver et aussi à jouer….

Et bien sûr qui dit perché(e), sur un arbre, un livre, ou un instrument, dit se donner les moyens de découvrir le monde sous une perspective différente, dit pouvoir survoler afin de mieux circonscrire.

La harpiste, Isabelle Olivier, s’inspire du livre de Calvino, pour rédiger son opéra jazz et harpe, un projet auquel se joindront bientôt d’autres musiciens et chanteurs. Pour l’heure les notes dansent, rebondissent comme les sauts du baron, du chêne au magnolia, du mûrier au cerisier ;  la nature est reine, protectrice ou menaçante, les sensations sont à fleur de peau et les rencontres se tissent sur fond de verdure – entre ciel et terre.

photo

 

Alors les yeux fermés et je jour se couchant sur la ville,  on s’envole au plus   profond des bois avec Cosimo, qui soudain a troqué les lianes de la forêt pour des cordes de la harpe.

 

Photo Bettina Frenzel Wiener Wald – (de la série Wiener Bilder)

Il était poète, romancier, traducteur. Il se voulait plus accessible que Montale. Pavese le fut.
Ses poèmes sont limpides, dans une langue simple et belle ; le rythme toujours monotone épouse la mélancolie des recueils, qu’il s’agisse de Lavorare Stanca (Travailler fatigue) ou de Verrà la morte e avrà i tuoi occhi (La mort viendra et elle aura tes yeux).
Lavorare ou Vivere stanca?…

Ces derniers vers posthumes font sa célébrité, alors que Calvino disait de son œuvre « una vocce isolata della poesia contemporanea ».

«Verrà la morte e avrà i tuoi occhi
questa morte che ci accompagna
dal mattino alla sera, insonne,
sorda, come un vecchio rimorso
o un vizio assurdo. I tuoi occhi
saranno una vana parola,
un grido taciuto, un silenzio.
Cosí li vedi ogni mattina
quando su te sola ti pieghi
nello specchio. O cara speranza,
quel giorno sapremo anche noi
che sei la vita e sei il nulla.

Per tutti la morte ha uno sguardo.
Verrà la morte e avrà i tuoi occhi.
Sarà come smettere un vizio,
come vedere nello specchio
riemergere un viso morto,
come ascoltare un labbro chiuso.
Scenderemo nel gorgo muti».
22 marzo 1950

«La mort viendra et elle aura tes yeux –
cette mort qui est notre compagne
du matin jusqu’au soir, sans sommeil,
sourde, comme un vieux remords
ou un vice absurde. Tes yeux
seront une vaine parole,
un cri réprimé, un silence.
Ainsi les vois-tu le matin
quand sur toi seule tu te penches
au miroir. O chère espérance,
ce jour-là nous saurons nous aussi
que tu es la vie et que tu es le néant.

La mort a pour tous un regard.
La mort viendra et elle aura tes yeux.
Ce sera comme cesser un vice,
comme voir resurgir
au miroir un visage défunt,
comme écouter des lèvres closes.
Nous descendrons dans le gouffre muets».

Cesare Pavese (1908-1950)

A propos et pour répondre à certaines interrogations sur le titre de ce blog, le choix de « Sur un livre perchée» est un clin d’œil à trois œuvres :

• La Fontaine tout d’abord et bien sûr dans sa célèbre fable Le Corbeau et le Renard
« Maître corbeau sur un arbre perché tenait en son bec un fromage… »

• Italo Calvino, ensuite avec Le baron perché (Il Barone Rampante)
Conte philosophique mettant en scène un jeune garçon qui se rebelle contre la famille, la société, grimpe dans les arbres et refuse alors d’en descendre.

• Marcel Aymé enfin dans Les contes du chat perché
Contes très populaires, particulièrement chers à mon enfance, mettant en scène deux petites filles, Delphine et Marinette, qui vivent dans une ferme, parlent le langage des animaux et avec innocence interrogent et s’interrogent sur le monde qui les entoure.

Imagination, nostalgie, récits, contes, affabulations, réflexion, rébellion, analyse,…..tout cela donc et beaucoup plus encore.