Origine

Mexico 19Mon pays se décline avec l’alphabet,
Au printemps latin, en hiver cyrillique

Mon pays est une forêt fantastique
Faite de signes, lianes entrelacées

Mon pays parle à travers les cultures
Celles dont l’esprit curieux s’ambitionne

Mon pays habite voyelles et consonnes
Un monde conçu tout à sa mesure

Mon pays ne connaît pas de frontière
Aucune limite et aucun barrage

Mon pays se lit comme au fil des pages
Un livre ouvert sur celui de nos pères

Mon pays se décline en couleurs,
Sous le soleil ou dans la blancheur enneigée

Mon pays n’est un lieu, ni présent, ni passé
Mais une belle construction sans demeure

Mon pays parle dans des langues sonores
Qui tissent un feuillage dense et cher

Mon pays habite fluide dans les airs,
Un territoire avec faune et flore

Mon pays ne connaît ni trêve ni répit
Il s’étire langoureusement dans le temps

Mon pays se lit dans les volumes d’antan
Ces témoins patients d’un âge assoupis

Et c’est certain, maintenant vous l’aurez compris,
Mon pays est immatériel, de simples échos

Des myriades de mots,
L’univers de l’esprit.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s